Une maison durable, autonome et en matériaux recyclés : un Earthship ! Un concept relativement ancien et très peu connu qui a ses admirateurs comme ses détracteurs. Il tend a être une solution de développement durable en traitant des 3 piliers (environnemental, social, économique).

Un Earthship c'est quoi ?

Les Earthships sont des maisons construites avec des pneus, des bouteilles de verre…elles sont autonomes en énergie, en eau et en majeure partie en nourriture.

A l’origine, les Earthships (vaisseau de terre ou encore Géonef) sont nés dans l’imagination de Michael Reynolds, architecte américain. Dans le contexte des années 1970, les hippies souhaitent un retour à la terre. Le mouvement commence à Taos, ville désertique du Mexique. L’objectif est de devenir autonome en eau, en énergie et en partie en nourriture, au beau milieu du désert et ce afin de sortir de cette société de consommation. Aujourd’hui encore, des personnes gagnant très bien leur vie, optent pour un retour aux sources en partant s’installer au milieu de ce désert mexicain !

1er Earthship

 

Les materiaux

Pour exemple, une maison de 170m² va utiliser environ 750 pneus, 10 000 bouteilles de verre et 2000 canettes en aluminium.

Intérêts

Principes de construction

La partie au nord est enterrée avec éventuellement de longs conduits permettant une aération, selon la température de la zone de construction.

Au sud, la maison présente de grandes baies vitrées, en double vitrage, avec une serre permettant une certaine autonomie en nourriture. Le plan d’inclinaison de ces baies étant judicieusement calculé (60°) afin de laisser entrer un maximum de soleil l’hiver et un minimum l’été.

La maison est équipée en panneaux solaires sur le toit, ce qui lui permet d’être autonome en énergie. Certains ajoutent une bonbonne de gaz pour la nourriture. Il est également possible d’utiliser une petite éolienne.

Le toit, légèrement incliné, permet de récupérer l’eau de pluie. Des citernes sont placées côté nord et sont enterrées. L’eau sera filtrée à plusieurs reprises selon l’utilisation désirée: l’eau sera d’abord utilisé pour la douche et l’évier puis cette eau arrose les plantes qui vont la filtrer. L’eau grise obtenue, revient aux toilettes. L’eau noire ainsi produite va être évacuée vers l’extérieur pour arroser des plantes non comestibles.

La maison doit être à proximité de la nature afin de profiter de ses bienfaits.

On veillera à installer des fenêtres d’aération au niveau de la serre. Celles-ci s’ouvriront grâce à un système de poulies.

Notons que souvent les gens font appel aux chantiers participatifs afin de construire leur maison. Tout le monde apprend. Cela permet de créer du lien social, de revaloriser des déchets et de favoriser un tourisme local. Il s’agit en outre d’un très bon outil éducatif concernant les logements durables.

Plan d’un Earthship

Pour aller jusqu’au bout, il est possible de faire des toilettes sèches, ce qui constituera un excellent composte pour les plantes. Sachant que pour des toilettes classiques, l’eau des plantes sera ensuite utilisée pour les chasses.

La controverse

Pour commencer précisons que le terme « Earthship » est une marque déposée. Cela signifie qu’une maison de pneus dont la construction n’a pas été supervisée par Michael Reynolds, architecte inventeur du Earthship, ne peut officiellement porter ce nom. Cela devient donc un produit !

Parmi les détracteurs du Earthship dans les climats froids, nous trouvons Martin Holladay, rédacteur en chef de Green Building Advisor, un magazine en ligne de grande renommée, outre Atlantique, sur la conception et la rénovation de maisons écologiques. Il a publié un des rares articles pertinents sur les inconvénients du Earthship. Il reproche à Michael Reynolds, qui détient la marque commerciale de la société à but lucratif Earthship Biotecture d’exagérer et d’idéaliser de façon utopique les Earthships qui ne sont, paraît-il, pas aussi parfaits qu’ils n’en paraissent.

Les inconvénients, selon M. Holladay :

Selon un site d’écohabitat canadien, il y a plusieurs problèmes:

Pour aller plus loin

Vous l’aurez compris, le concept offre des avantages et des inconvénients. Il n’est pas fait pour tout le monde et cela n’est qu’une des possibilités de construire une maison plus respectueuse que les constructions traditionnelles.

A l’heure actuelle, certaines maisons ont vu le jour en France, en Normandie et en Dordogne.  La maison de Normandie, a été construite en 2008 en pneus et verre recyclés comportant quatre pièces pour 120 m2 habitable sur un terrain de 1 300 m2. En septembre 2012, la maison était en vente pour le prix de 133 000 €. On considère qu’il y a plus de 1000 maisons de ce type dans le monde.

Source : Terre & Avenir