La phytoépuration est au sens large l'épuration par les plantes. Celles-ci peuvent contribuer à épurer ou dépolluer les trois grands milieux que sont l'air, les sols et l'eau. Nous allons ici nous concentrer sur l'eau. La phytoépuration de l'air et du sol seront l'objet d'autres articles.

Phytoépuration : le concept

La phytoépuration combine deux mots : l'épuration - le fait de rendre pures, d'assainir les eaux usées - et phyto, qui signifie "plantes".

Il s'agit donc d'un procédé naturel : c'est grâce aux plantes que l'on assainit les eaux sales d'une maison. Et pourtant, ce ne sont pas les plantes elles-mêmes qui agissent... mais les bactéries qui vivent dans l'environnement immédiat des plantes semi-aquatiques. En effet, ce qu'on appelle les zones d'interface (eau/terre, terre/air, les lisières, les berges, les haies, les côtes etc ) sont caractérisées par une activité biologique intense.

Les filtres plantés essaient justement de reconstituer des conditions d'interface optimales pour obtenir une activité biologique maximale et donc de bonnes conditions épuratoires.

Ainsi, on peut dire que la phytoépuration est une technique d'épuration par cultures fixées de bactéries sur support (ou massif) végétalisé.

La phytoépuration, comment ça fonctionne ?

La phytoépuration repose sur l'installation de filtres végétalisés. Concrètement, une installation est généralement constituée d'un ou deux filtres plantés, qui traitent, grâce à l'action des bactéries présentes en surface et au-dessous, toutes les eaux usées de l'habitation.

Vous entendrez sans doute parler de FV, voire de FV-FH, pour "Filtre Vertical" et "Filtre Horizontal". Le filtre vertical est planté de roseaux, et effectue le traitement principal. Quant au filtre horizontal, il accueille différentes espèces (salicaires, iris des marais, menthe aquatique..) et poursuit le traitement de l'eau avant rejet dans la nature.

Le filtre vertical peut fonctionner seul sous certaines conditions (votre bureau d'études saura en juger et vous l'expliquer). Dans ce cas, il n'y a pas de filtre horizontal mais une zone de rejet végétalisée, nécessaire pour pouvoir infiltrer les eaux usées traitées dans le milieu naturel.

Traitement des eaux usées par FV-FH (schéma : © Aquatiris)

Traitement des eaux usées par FV-FH (schéma : © Aquatiris)

Détail du fonctionnement du FV-FH

(basé sur le fonctionnement d'un Jardin d'Assainissement Aquatiris - D'autres entreprises de phytoépuration peuvent proposer des solutions sensiblement différentes, mais le principe reste le même)

Le FV, ou filtre à écoulement vertical, est constitué de plusieurs couches de granulats (sable, gravier...)) et planté de roseaux. Les eaux usées percolent verticalement au travers du filtre, tandis que les matières plus solides sont retenues en surface. Le FV effectue le traitement primaire avec la filtration, ainsi que le traitement secondaire. Le terme technique pour ce second traitement est "traitement biologique aérobie", autrement dit l'ensemble des réactions chimiques d'un organisme se produisant en présence d'oxygène. Et cela grâce aux roseaux qui favorisent le développement de micro-organismes venant se fixer sur les granulats.

Le traitement des eaux usées se poursuit dans le FH, ou filtre planté à écoulement horizontal. Celui-ci participe au traitement secondaire tertiaire et quaternaire. Les eaux y circulent horizontalement par effet piston, comme dans une nappe phréatique, sous la surface du substrat. On y retrouve ainsi une multitude de zones aérobies et anaérobies (action chimiques d'organismes se produisant en présence ou en l'absence d'oxygène). Une dégradation lente effectue la finition du traitement des matières organiques en solution. Le FH se vide par trop plein, et est donc toujours rempli d'eau et sans jamais laisser apparaître de liquide en surface. On peut choisir de nombreuses espèces à y planter : massettes, iris des marais, salicaires, rubaniers, scirpes, menthes aquatiques, plantains d'eau ... Elles absorbent, pour leur métabolisme, une partie des nitrates et des phosphates contenues dans les eaux à traiter.

Vues des 2 filtres (schémas © Aquatiris)

Vues des 2 filtres (schémas © Aquatiris)

Source : phytoepuration.com