La terre noire (Terra-Preta en portugais) est un sol d'origine humaine d'une fertilité exceptionnelle due à des concentrations élevées en charbon de bois ainsi que d'autres matières organiques et nutriments tels que phosphore, potassium et calcium. Les conquistadors, dans leur voyage en Amazonie centrale l'avaient décrite comme une terre aussi bonne et riche que celle de leur Espagne natale.

Découverte dès le 18ème siècle dans l'Amazone, sur des surfaces atteignant jusqu'à plusieurs centaines d'hectares, des sols noirs et fertiles se trouvent là où les processus pédologiques (étude scientifique des sols) naturels qui sont liés à la jungle laissent logiquement des sols délavés et de cultures pauvres. La hauteur de ces substrats, de plusieurs mètres, appelée Terra-Preta laisse supposer des centaines d'années d'enrichissement. Des fouilles révélant dans cette terre des restes de poterie, de cendre et de maïs brulé laissent peu de doutes sur son origine anthropique (intervention humaine).

Des civilisations existaient et étaient maîtres dans l'art de faire naître l'abondance sur des sols inaptes à la culture. Ils auraient appliqués une pratique d'entretien du sol destinée à transformer un sol jaune argileux de productivité biologique limité en en l'un des sols les plus riches de la planète, et plusieurs milliers d'années plus tard, ce sol enrichi est encore un terreau nourricier. De plus il possède l'étonnante particularité de se régénérer, ce qui en fait une pure merveille agronomique !

Composition de la Terra-Preta

Charbon de bois activé : Du carbone a été ajouté aux sols pauvres, sous forme de charbon de bois fabriqué a basse température (à l'aide de feux étouffés). Ce charbon végétal activé n'est que du carbone mais sa structure est composée de millions de petites poches d'air qui augmentent sa surface interne totale de 300 à 2000m² par gramme. Telle une banque alimentaire, il stocke les précieux nutriments, l'humidité et les micro-organismes.
On compte jusqu'à 9% de masse carbonée comparée aux sols environnants qui n'en contiennent que 5%.

Restes d'éléments de la vie quotidienne : La terre cuite, utilisée dans les poteries qui contenaient des excréments (riches en phosphore et en azote), rebuts tels que os de mammifères, arêtes de poissons (phosphore et calcium), biomasse de plantes terrestres et aquatiques (compost) et cendres. Les brisures de poteries remplissent réellement une fonction paramagnétique (comparable aux sols volcaniques), une manifestation d'échanges dynamiques entre la silice et le carbone, source de vie.
Les microbes et champignons vivent et meurent à l'intérieur de ce substrat poreux, augmentant ainsi sa quantité de carbone. Certains vers de terre, formidables auxiliaires, capables d'incorporer des particules de charbon de bois au sol minéral et de les broyer finement.
Les micro-organismes (champignons, bactéries...) sont les alliés principaux du début de la fermentation jusqu'à leur rôle symbiotique pour une meilleure captation des nutriments par les plantes.

Application pratique

On peut reconstituer partiellement les vertus de la Terra-Preta grâce à :

  • l'incorporation de charbon de bois broyé
  • l'ajout de débris de céramique
  • l'usage des toilettes sèches
  • la production de compost (jardin, bokashi)
  • des débris organiques divers
  • toute action favorisant la prolifération de lombrics

La Terra-Preta, telle un amendement "magique" peut s'utiliser en extérieur pour la culture de toute plante en pleine terre ou en jardinière, et également en intérieur en participant à rendre un substrat plus sain, "plus vivant".
Un des éléments les plus importants étant donc le charbon de bois, plus particulièrement activé. De nos jours, et principalement dans le domaine agricole il porte le nom de Biochar (bio-charcoal) et participe à une augmentation considérable du rendement des cultures de 30% à 300% ! Il est produit par la carbonisation de résidus agricoles inutilisés, comme la balle de riz ou les restes de vinification. Ces restes ou bois ne sont pas complètement brûlés mais plutôt chauffés dans un réceptacle sans oxygène. Ainsi, enfoui dans le sol, le carbone peut y résider une éternité ! Bien sûr, pour des applications plus modestes qu'en plein champ, nous devrions voir apparaitre dans nos magasins horticoles des sacs de 5 à 25kg.

Pour rappel, les multiples bénéfices du charbon de bois activé sont :

  • Très haute absorption et rétention des nutriments et de l'eau grâce à ses multiples poches d'air. Une augmentation de la matière organique va se créer.
  • D'une extrême grande stabilité, le carbone du biochar reste stable dans le sol, absorbant alors du carbone de l'atmosphère.
  • Augmentation immédiate du biotope quand il est ajouté au sol et plus spécialement lorsqu'il à été inoculé avec des Promoteurs de Croissance comme du jus de bokashi et de la mélasse ainsi que des extraits végétaux (Thé).

Une véritable stimulation biologique en somme et les végétaux profitent de nettement plus de défenses immunitaires contre les maladies. Quand le sol s'assèche en surface, le biochar agit comme rétenteur d'eau et permet d'économiser jusqu'à 8% d'eau.

De la couleur sombre vers un renouveau vert

Au japon et en Angleterre, le biochar est officiellement accrédité en agriculture organique. Et comme l'a résumé le scientifique James Love Lock, auteur de la Théorie de Gaia : "il existe une chance qu'une procédure puisse réellement faire revenir en arrière l'horloge du réchauffement climatique, c'est en enterrant le carbone et tout ce qu'il faut faire, c'est que chaque agriculteur, partout, puisse réaliser des profits en transformant ses résidus agricoles en carbone végétal et en l'enterrant."

Je ne peux que vous recommander la lecture de l'excellent article de Hans-peter Schmidt "Objectif Terra-Preta, l'activation du bio-charbon". J'aspire à partager prochainement avec vous, chers lecteurs, l'étude, la réalisation et les résultats de nos jardins-passion avec cet apport magique !

Par Botaquantic ©